Nouveauté chez Plumes Bijoux : collier Kumihimo rose et blanc papillon de strass

Fait à la main, selon la technique ancestrale du Kumihimo, collier en fil de satin nylon rose et blanc.
Le pendentif est en strass blanc AB.
Le collier est terminé par 2 embouts argenté ciselé , une chaine argentée ornée de perles de quartz rose.
Le fermoir argenté togle est en forme de feuille.Collier-Kumihimo-papillon-rose-et-blanc-01

En vente exclusivement chez Plumes Bijoux et Compagnie

Modèle unique fait à la main

Collier-Kumihimo-papillon-rose-et-blanc-03 Collier-Kumihimo-papillon-rose-et-blanc-04 Collier-Kumihimo-papillon-rose-et-blanc-05 Collier-Kumihimo-papillon-rose-et-blanc-06

L’histoire du Parfum : de la Renaissance au siècle des Lumières

 Informations élégamment mises à disposition par Fragonard, artisan parfumeur à Grasse

Vers la fin du 14ème siècle, les parfums liquides remplacent progressivement les produits solides. Les « eaux de senteur », décoctions que l’on avale, sont recherchées pour leurs vertus thérapeutiques.

A la Renaissance, la société recourt de plus en plus fréquemment au parfum pour camoufler les effluves peu flatteuses de corps mal lavés. On aime donc les parfums forts et capiteux, suffisamment tenaces pour remplir leur mission de dissimulation : ambre, musc, jasmin, tubéreuse…

C’est sans doute une démarche comparable qui se trouve à l’origine de l’engouement venu de Toscane, patrie de la reine Catherine de Médicis, pour les gants parfumés. Les parfums permettent alors de masquer les odeurs peu plaisantes des peaux mal tannées.

illus_histoire_parfum_lumieres

Cette association entre cuir et parfum est telle que 1656 voit la création de la corporation des gantiers parfumeurs en France. Sous le règne de Louis XIV, surnommé de son temps « le Roi le plus fleurant du monde », cette corporation obtient le monopole de la distribution des parfums, autrefois assurée par les apothicaires et les droguistes.

La forte demande de produits parfumés, largement importés d’Italie jusqu’alors, conduit la France à développer sa propre production. La région de Grasse, bénéficiant d’un climat particulièrement favorable et du dynamisme régional de la faculté de pharmacie de Montpellier, s’oriente ainsi à cette époque vers la culture de matières premières odorantes puis, un peu plus tard, vers la confection de parfums.

Le siècle des Lumières correspond à l’éclosion des produits de parfumerie.

illus_histoire_parfumerie_royale

Charnière en matière de parfumerie, le milieu du 18ème siècle marque le passage de parfums très puissants destinés à cacher la puanteur omniprésente, à des senteurs plus délicates annonciatrices d’un retour au naturel.

La France, dont la cour constitue le modèle de raffinement inégalé pour l’ensemble des nations européennes, est la patrie des plus grands parfumeurs et des créations les plus novatrices. Si Paris règne sur le commerce des produits parfumés, la ville de Grasse, dont les cultures de plantes recherchées (jasmin, rose…) prospèrent, devient le centre de leur fabrication.

Grasse acquiert alors une renommée mondiale pour la diversité et la qualité de sa production.

illus_histoire_renaissance

 

Noces de rose : 17 ans de mariage

Pouvoir-des-fleurs 8713

Rose : Fleur du rosier, d’une odeur suave, ornementale, dont le type primitif est d’un rouge très pâle.

Roses roses, rouges, blanches, jaunes, thé, anglaises, de Provins, de Bulgarie, pompon ou sauvage, trémière, de Noël,
d’Inde ou de Jéricho, grimpantes ou en buisson, cristallisée, en bouton, en pétales, en confiture : mille et un cadeaux possibles !

jardin-8688.JPG

jardin-8706.JPG

jardin-8711.JPG

jardin-8689.JPG