Pumpipumpe : le partage des objets entre voisins

Une idée venue de Suisse et qui se répand en Allemagne également, mérite qu’on s’y intéresse. Le partage des objets entre voisins. Afin d’inciter les citoyens à utiliser de manière consciente les biens de consommation (outils, appareils à raclette, échelle, luge, magazines ou accès wifi… des objets que l’on n’emploie presque jamais), le projet suisse Pumpipumpe facilite le prêt des objets avec son voisinage.Votre machine à coudre prend la poussière, votre voisin n’a pas utilisé sa raclette de puis 2 ans, vous auriez besoin d’une perceuse une fois dans votre vie…

En indiquant simplement sur sa boite aux lettres (grâce à des vignettes autocollantes) que l’on est prêt à prêter qui sa pompe à vélo, là bas ses outils de jardin, Pumpipumpe encourage l’interaction sociale entre voisins et évite ainsi à un quartier d’acheter le même produit en 10 exemplaires. Un bel exemple de consommation communautaire !

 

Votre machine à coudre prend la poussière au fond du cagibi alors que l’appareil à raclette de votre voisin fait grise mine, voilà deux ans qu’il n’a pas servi. Des produits trop rarement utilisés, qui n’en a pas acheté ? Plutôt que d’acquérir des biens d’utilité très épisodique, autant se les prêter. « L’idée est qu’on n’a pas besoin de toujours tout acheter et d’amasser une montagne de choses » explique Lisa Ochsenbein co-fondatrice du projet Pumpipumpe. « Tout ce qu’on n’utilise pas très souvent, on peut le partager » – See more at: http://www.courantpositif.fr/pumpipumpe-leconomie-du-partage-sinvite-sur-les-boites-aux-lettres/#sthash.5VmjwfAb.dpuf
Votre machine à coudre prend la poussière au fond du cagibi alors que l’appareil à raclette de votre voisin fait grise mine, voilà deux ans qu’il n’a pas servi. Des produits trop rarement utilisés, qui n’en a pas acheté ? Plutôt que d’acquérir des biens d’utilité très épisodique, autant se les prêter. « L’idée est qu’on n’a pas besoin de toujours tout acheter et d’amasser une montagne de choses » explique Lisa Ochsenbein co-fondatrice du projet Pumpipumpe. « Tout ce qu’on n’utilise pas très souvent, on peut le partager ». – See more at: http://www.courantpositif.fr/pumpipumpe-leconomie-du-partage-sinvite-sur-les-boites-aux-lettres/#sthash.5VmjwfAb.dpuf
Votre machine à coudre prend la poussière au fond du cagibi alors que l’appareil à raclette de votre voisin fait grise mine, voilà deux ans qu’il n’a pas servi. Des produits trop rarement utilisés, qui n’en a pas acheté ? Plutôt que d’acquérir des biens d’utilité très épisodique, autant se les prêter. « L’idée est qu’on n’a pas besoin de toujours tout acheter et d’amasser une montagne de choses » explique Lisa Ochsenbein co-fondatrice du projet Pumpipumpe. « Tout ce qu’on n’utilise pas très souvent, on peut le partager ». – See more at: http://www.courantpositif.fr/pumpipumpe-leconomie-du-partage-sinvite-sur-les-boites-aux-lettres/#sthash.5VmjwfAb.dpuf
Votre machine à coudre prend la poussière au fond du cagibi alors que l’appareil à raclette de votre voisin fait grise mine, voilà deux ans qu’il n’a pas servi. Des produits trop rarement utilisés, qui n’en a pas acheté ? Plutôt que d’acquérir des biens d’utilité très épisodique, autant se les prêter. « L’idée est qu’on n’a pas besoin de toujours tout acheter et d’amasser une montagne de choses » explique Lisa Ochsenbein co-fondatrice du projet Pumpipumpe. « Tout ce qu’on n’utilise pas très souvent, on peut le partager ». – See more at: http://www.courantpositif.fr/pumpipumpe-leconomie-du-partage-sinvite-sur-les-boites-aux-lettres/#sthash.5VmjwfAb.dpuf