Pumpipumpe : le partage des objets entre voisins

Une idée venue de Suisse et qui se répand en Allemagne également, mérite qu’on s’y intéresse. Le partage des objets entre voisins. Afin d’inciter les citoyens à utiliser de manière consciente les biens de consommation (outils, appareils à raclette, échelle, luge, magazines ou accès wifi… des objets que l’on n’emploie presque jamais), le projet suisse Pumpipumpe facilite le prêt des objets avec son voisinage.Votre machine à coudre prend la poussière, votre voisin n’a pas utilisé sa raclette de puis 2 ans, vous auriez besoin d’une perceuse une fois dans votre vie…

En indiquant simplement sur sa boite aux lettres (grâce à des vignettes autocollantes) que l’on est prêt à prêter qui sa pompe à vélo, là bas ses outils de jardin, Pumpipumpe encourage l’interaction sociale entre voisins et évite ainsi à un quartier d’acheter le même produit en 10 exemplaires. Un bel exemple de consommation communautaire !

 

Votre machine à coudre prend la poussière au fond du cagibi alors que l’appareil à raclette de votre voisin fait grise mine, voilà deux ans qu’il n’a pas servi. Des produits trop rarement utilisés, qui n’en a pas acheté ? Plutôt que d’acquérir des biens d’utilité très épisodique, autant se les prêter. « L’idée est qu’on n’a pas besoin de toujours tout acheter et d’amasser une montagne de choses » explique Lisa Ochsenbein co-fondatrice du projet Pumpipumpe. « Tout ce qu’on n’utilise pas très souvent, on peut le partager » – See more at: http://www.courantpositif.fr/pumpipumpe-leconomie-du-partage-sinvite-sur-les-boites-aux-lettres/#sthash.5VmjwfAb.dpuf
Votre machine à coudre prend la poussière au fond du cagibi alors que l’appareil à raclette de votre voisin fait grise mine, voilà deux ans qu’il n’a pas servi. Des produits trop rarement utilisés, qui n’en a pas acheté ? Plutôt que d’acquérir des biens d’utilité très épisodique, autant se les prêter. « L’idée est qu’on n’a pas besoin de toujours tout acheter et d’amasser une montagne de choses » explique Lisa Ochsenbein co-fondatrice du projet Pumpipumpe. « Tout ce qu’on n’utilise pas très souvent, on peut le partager ». – See more at: http://www.courantpositif.fr/pumpipumpe-leconomie-du-partage-sinvite-sur-les-boites-aux-lettres/#sthash.5VmjwfAb.dpuf
Votre machine à coudre prend la poussière au fond du cagibi alors que l’appareil à raclette de votre voisin fait grise mine, voilà deux ans qu’il n’a pas servi. Des produits trop rarement utilisés, qui n’en a pas acheté ? Plutôt que d’acquérir des biens d’utilité très épisodique, autant se les prêter. « L’idée est qu’on n’a pas besoin de toujours tout acheter et d’amasser une montagne de choses » explique Lisa Ochsenbein co-fondatrice du projet Pumpipumpe. « Tout ce qu’on n’utilise pas très souvent, on peut le partager ». – See more at: http://www.courantpositif.fr/pumpipumpe-leconomie-du-partage-sinvite-sur-les-boites-aux-lettres/#sthash.5VmjwfAb.dpuf
Votre machine à coudre prend la poussière au fond du cagibi alors que l’appareil à raclette de votre voisin fait grise mine, voilà deux ans qu’il n’a pas servi. Des produits trop rarement utilisés, qui n’en a pas acheté ? Plutôt que d’acquérir des biens d’utilité très épisodique, autant se les prêter. « L’idée est qu’on n’a pas besoin de toujours tout acheter et d’amasser une montagne de choses » explique Lisa Ochsenbein co-fondatrice du projet Pumpipumpe. « Tout ce qu’on n’utilise pas très souvent, on peut le partager ». – See more at: http://www.courantpositif.fr/pumpipumpe-leconomie-du-partage-sinvite-sur-les-boites-aux-lettres/#sthash.5VmjwfAb.dpuf

Jeu, set et match !

C’est bientôt Roland Garros ! J’avoue que j’ai décroché depuis Björn Borg ! Pour les plus jeunes ça ne vous parle sûrement pas ! C’étati le temps où les joueurs n’avait pas de super raquette en peau de toutou survitaminée et ne jouaient pas tout le temps du fond du cours en tapant comme des sourds… mais je m’égare.

En parlant de tennis je me suis demandée pourquoi on comptait les points en 15, 30, 40 ? Et bien cela provient du jeu de paume, ça ne date pas d’hier.

Ce jeu était pratiqué sur un vaste terrain rectangulaire séparé en 2 parties de 60 pieds chacune. Sur le terrain, parallèlement au filet, figuraient des lignes numérotées 15,30 et 40; Après chaque point remporté au cours du jeu, le joueur s’avançait sur la ligne suivante ce qui le rapprochait un peu plus du filet. Ces lignes avaient été conçues pour avancer de 15 pieds (environ 4,50 m) à chaque fois. Mais la ligne 45 avait été jugée trop proche du filet et elle avait été reculée de de 5 pieds. Une fois le point 40 remporté, la dernière ligne correspondait au filet.

Le joueur ne pouvant avancer plus loin remportait donc le jeu et la partie continuait.

Björn_Borg

Les pointures des souliers ne sont pas en centimètres

Moi je suis folle de chaussures ! Pas vous ? Si je pouvais j’en aurais de toutes les couleurs ! Mais c’est récemment que j’ai découvert l’origine des pointures. Celles-ci ne sont pas en centimètre. Les pointures des chaussures ont été inventées au XVIIIème siècle afin d’harmoniser les tailles. A l’époque le système métrique n’existait pas et les bottiers se basaient sur le « point de Paris » égal à environ 0,666 cm. Cette mesure était largement utilisée depuis le moyen âge. Une pointure 40 correspond  à un pied de 40 x 0,666 cm soit 26,6 cm de long. L’usage de la pointure est ensuite resté après que le mètre ait été adopté officiellement en France en 1791. La pointure française s’est alors répandue en Europe à l’exception de l’Italie et du Royaume Uni.

10003937_755142551170662_1208571429_n

Un double arc en ciel

Pour la première fois de ma vie j’ai vue un double arc en ciel ! J’ai cru que j’avais la berlue !

Ce fut très bref mais chéri était juste là au bon moment l’appareil photo à portée de main !

Un magnifique spectacle dans notre jolie campagne du Perche.

Et vous avez-vous déjà vu un arc en ciel double ?